AOC respects your data privacy

Why cookies? Simply because they are used to help the website function, to improve your browser experience, to integrate with social media and to show relevant advertisements tailored to your interests. Click 'I accept' to accept cookies or read our cookie statement to learn how to turn off cookies.

Language and location select

Choose your desired language and location, by default this will be English and the country your currently stay.

Choose your location
United States
  • België
  • Luxemburg
  • Österreich
  • Deutschland
  • die Schweiz
  • France
  • España
  • Portugal
  • Danmark
  • Suomi
  • Norge
  • Sverige
  • United Kingdom
  • Ireland
  • Türkiye
  • Polska
  • Česko
  • Slovensko
  • Magyarország
  • Ελλάδα
  • Κύπρος
  • Shqipëria
  • България
  • Македонија
  • România
  • מדינת ישראל
  • Hrvatska
  • Bosna i Hercegovina
  • Србија
  • Slovenija
  • Eesti
  • Latvija
  • Lietuva
  • Россия
  • Беларусь
  • Moldova
  • Україна
  • საქართველო
  • Italia
  • Nederland
  • United states of America
Choose your language
English
  • Czech
  • Danish
  • Dutch
  • English
  • Finnish
  • French
  • German
  • Italian
  • Norwegian
  • Polish
  • Russian
  • spanish
  • Sweden
  • Turkish
Accept cookies & remember settings

Looks like you’re not from Europe

You are visiting the European website of AOC. But you seem to be in United states of America, how would you like to continue?

Take me to the United States site
Pourquoi nous jouons : Sim Racing !
Partagez cet article

Pourquoi nous jouons : Sim Racing !

Il est probable qu'aucun autre esports n'est aussi proche de la réalité : Sim racing a connu un énorme essor en 2020. AOC observe de plus près l'une des communautés de jeu parmi les plus passionnées et s'entretient avec Nils Naujoks, le spécialiste de sim racing chez G2 Esports.


C'est par une journée ensoleillée à Mount Panorama, sans un nuage dans le ciel, que Nils Naujoks prend le dernier virage et se rue vers une autre victoire de son équipe G2 Esports aux commandes de sa Lamborghini. Vainqueur de la deuxième course du jour, Nils est incontestablement le champion de The Real Race, une compétition organisée par le constructeur automobile Lamborghini.

Mais quel rapport avec le jeu ? En fait, l'allemand ne court pas sur une vraie voiture de course mais sur une parfaite réplique virtuelle sur la simulation de compétition Assetto Corsa Competizione. Nils Naujoks est un sim racer, un genre très spécial de joueur en quête des sensations de course automobile les plus réalistes dans l'univers virtuel - notamment des configurations de jeu extrêmement crédibles qui reproduisent quasi parfaitement les sensations d'une vraie course. Le cinq fois champion d'ESL Pro League a mis en scène un retour accidentel au sim racing en 2018 et a signé avec l'organisation de renommée mondiale G2 Esports peu après. Il dirige désormais d'autres sim racers et participe occasionnellement à des compétitions lui-même.

L'heure de gloire du Sim racing est arrivée

Alors que pratiquement toutes les séries de course étaient à l'arrêt en 2020, le sim racing s'est intensifié dans de nombreux pays pour offrir de l'action dans cette période difficile. À la place des événements de Formule 1 réels, nous avons vu des sim racers et des influenceurs, ainsi que de vrais pilotes de F1 courir des Grands Prix virtuels - était-ce l'occasion idéale pour toucher une audience plus vaste dans ce créneau d'esports ?

On pourrait le penser à première vue, car les coureurs virtuels et réels ont établi des liens pendant cette période, qui ont rapproché les deux univers. « Nous avons entraîné des coureurs réels sur la façon de maîtriser ces jeux, afin qu'ils ne partent pas de zéro, » se souvient Nils. Bien que la plupart aient abandonné le sim racing lorsque l'activité a repris sur les circuits partout dans le monde, certains sont restés. En particulier, les coureurs retirés de la compétition ont montré un réel intérêt pour la course esports, comme la légende de la F1 Jenson Button.

Le Sim Racing est une passion pour la compétition

La plupart des jeux créent de nouveaux univers fantastiques qui invitent les joueurs à oublier leurs problèmes et à plonger dans une expérience immersive pour un temps. En revanche, les simulations de course comme iRacing, Assetto Corsa Competizione et rFactor 2 tentent de reproduire la réalité aussi fidèlement que possible. Quel est l'attrait de ces jeux ?

« C'est beaucoup plus stimulant que d'autres jeux. C'est réellement physique, » explique Nils. Les bras, les jambes, les yeux - tout doit être coordonné simultanément. De plus, la course ne pardonne pas si vous n'êtes pas attentif. « De nombreux jeux permettent de faire une pause de 30 secondes. En sim racing, zéro pause. Vous devez assurer une présence mentale tout le temps. Chaque erreur entraîne une punition. »

C'est en raison de cette motivation compétitive que les joueurs de racing sims sont prédisposés à l'esports. Toutefois, contrairement aux jeux majeurs de l'industrie comme Counter-Strike, League of Legends et Dota 2, les événements de sim racing sont rarement soutenus par des entreprises multi-milliardaires - également en raison de la structure fragmentée de cette scène. Les tournois dotés de prix en argent digne de ce nom sont rares. Pour sa victoire à The Real Race, Nils a gagné un voyage au siège social de Lamborghini en Italie. Par conséquent, il n'est pas surprenant que la passion de la course soit le facteur moteur pour la plupart des coureurs.

Cela ne signifie pas que cette scène au sens large n'apprécierait pas du tout des prix en argent. « Je fais cela avant tout par passion mais il arrive un moment où le temps investi doit payer, » déclare le coureur de G2.

Le moniteur idéal pour un temps au tour parfait

Tout sim racer qui prend son passe-temps au sérieux possède une plate-forme sim. Alors que les joueurs conventionnels se contentent de leur souris et de leur clavier, les sim racers jouent sur des machines complexes et sophistiquées,souvent calquées sur de véritables cockpits de voiture, avec volant et pédales.


Bien que les dispositifs de commande soient une particularité du sim racing, le moniteur constitue l'un des éléments clés de toute configuration. Même sur le plan graphique, les racing sims se distinguent des autres jeux. Pour garantir l'illusion parfaite d'être assis dans une voiture, un champ de vision plus large est nécessaire. Dans ce but, de nombreux sim racers utilisent une configuration à trois écrans ou adoptent un immense modèle incurvé.

« Évidemment, trois moniteurs reviennent cher et, sur le plan matériel, cette solution est plus complexe à installer, » résume Nils. C'est pourquoi les pro recommandent des moniteurs incurvés ultra HD comme le AG352UCG6, avec une fréquence de rafraîchissement élevée et un temps de réponse extrêmement bas. Vous savez ainsi ce qui se passe à gauche et à droite. En outre, « plus de pixels passent de chaque côté, mieux vous percevez les différentes vitesses, » souligne-t-il.

L'esports du futur ?

Sim racing est généralement un genre extrêmement intéressant. Aucun autre esports n'offre autant de potentiel de recoupement avec le sport réel. Bien que s'engager dans le sim racing puisse s'avérer très onéreux, cette discipline a connu un essor important ces derniers temps, également grâce aux joueurs passionnés comme Nils qui s'y sont investis depuis plus d'une décennie.

Partagez cet article
Article précédent
AOC numéro 1 des moniteurs gaming en Europe et dans le monde
article suivant
AG493UCX : AOC présente le premier moniteur AGON en format 32:9